Montée historique de la Pommeraye 2022

Petit retour sur la journée du 11 septembre 2022.

On commence la journée par aller chercher son dossier au camion de l’ACO :

Petite surprise cette année dans le welcome pack remis aux participants….

Eh oui cette année j’étais partenaire de l’événement ! Stylos et flyers pour les participants !

Me voilà prêt à partir ainsi qu’environ 140 participants ! Ma Honda étant la seule japonaise du plateau, je représentais le Japon ! Pas de chrono c’est juste pour le plaisir ! Nous sommes pourtant bien dans les conditions de course : route fermée à la circulation et commissaires de course en place.

C’est parti ! Une petite vidéo :

Une organisation bien huilée et une journée sans accros (pas d’accident ou de pannes) nous a permis de faire chacun 8 montées au total. Des amis sont venus : l’occasion pour moi de faire quelques baptêmes ! Ceux qui sont montés pourront vous dire que la vidéo ne rend pas l’effet de vitesse… le chrono était plutôt sympa pour cette mamie Civic de 1989…

A l’année prochaine, merci aux organisateurs !

La Dinalpine…un travail d’artisan pour une voiture artisanale…

Une auto que j’ai régulièrement au garage depuis environ 2 ans, elle nous vient du Mexique où elle a été produite. Elle a malheureusement eu quelques déboires par le passé : réparations hasardeuses (plutôt de la destruction en fait^^),…tuning…etc… et son propriétaire cherche donc à lui faire retrouver ses origines.

Je suis déjà intervenu presque à tous les niveaux sur cette auto artisanale : mécanique, transmission, mais aussi réparation châssis et fibre de verre pour la caisse.

Pour ce type de voiture, chaque réparation/restauration demande un savoir faire polyvalent de mécanicien, soudeur, électricien, peintre….

Voici pour exemple les derniers chantiers réalisés :

  • Direction :

La direction de cette auto m’a toujours paru très « floue » malgré de nombreuses pièces remises en état au niveau des trains roulants.

C’est la colonne de direction qui avait été rallongée par l’intermédiaire d’un cardan… une mauvaise solution d’après moi car le cardan mettait en contrainte le flector d’origine.

J’ai donc modifié une colonne d’origine de R8 (soudure TIG comme d’habitude) que j’ai rallongée.

Depuis l’auto a retrouvé une bien meilleure précision !

  • Réservoir

Le propriétaire me parlait également d’une odeur d’essence très prononcée dans l’habitacle…

Voici l’état du réservoir initialement présent dans l’auto…

Visiblement il ne rentrait pas… et des artistes du marteau ont décidé que ça rentrerait…

Une soudure avait été également réalisée sur toute la circonférence… non étanche…

Il a donc fallu retrouver un réservoir origine Renault…qui effectivement ne rentre pas….

Le capot ne ferme pas… le réservoir ne va pas au fond de son logement.

Il a donc fallu trouver une solution.

J’ai découpé le réservoir en trois parties, ajusté et ressoudé au TIG cet acier fin.

Une fois soudé, j’ai procédé à un traitement intérieur grâce à une résine spéciale pour réservoir, puis j’ai appliqué une peinture noire mat pour l’extérieur.

Plus que des réparations, de vrais challenges techniques ! Un plaisir pour le passionné que je suis !

Mes autos en quelques mots

Pour ce premier article, je vais vous présenter rapidement mes autos (actuelles et passées). Elles feront l’objet d’articles plus détaillés par la suite.

  • Ma première voiture, ma première SUB, mon premier investissement, mon premier prêt à la banque, à 17 ans avant même d’avoir mon permis !  Ma SUBARU Impreza WRX 2001.

  • J’ai ensuite acquis ma Honda Civic, que j’ai toujours, pour la vie de tous les jours. Elle est désormais à la retraite, mais une retraite sportive : elle écume les circuits et les montées historiques !
  • 3 ans plus tard, j’ai revendu la SUBARU Impreza WRX pour acquérir une SUBARU Impreza GT 2000, pour les balades le week-end J…et pour en faire par la suite une pure pistarde ! C’est avec elle que j’ai commencé le circuit.
  • J’avais ensuite besoin d’un véhicule plus confortable et pouvant tracter un plateau pour emmener ma GT grise sur les circuits et j’ai choisi un SUBARU Forester 2002. Celui-ci a ensuite été bien pratique comme utilitaire pour mon activité.
  • En 2015, j’ai enfin pu acquérir la future voiture de mes rêves. « Future », car comme vous pouvez le constater, je partais de loin…il n’y avait que la caisse, mais j’avais plein de projets pour elle. L’historique de sa conception fera l’objet d’autres articles…
  • En 2016, j’ai revendu mon Impreza et acquis une SUBARU Legacy 1992, que j’ai toujours.
  • Et enfin, en novembre dernier, j’ai craqué pour une SUBARU Legacy Spec B SI-Drive 2007, pour la route de tous les jours, plus récente et plus discrète que la Legacy 1992 au niveau décibels…

Et voilà, vous connaissez désormais l’historique de mes autos, et notamment mes SUB. Avec des dizaines voire des centaines d’heures passées sur chacune, je peux dire que je connais ces voitures par cœur. Et je ne compte pas m’arrêter là ! Mais pour l’instant la place me manque et ma compagne refuse que je gare une voiture au milieu du salon ;-p